samedi 29 avril 2017

APPEL « Pour un rassemblement des forces de gauche ici et maintenant pour les législatives ! »

Communiqué de la section PCF- Gautier Heumann
Nous lançons un appel pour la 3e circonscription :

« Pour un rassemblement des forces de gauche ici et maintenant pour les législatives ! »
Dans la 3e circonscription du Bas-Rhin, le candidat que nous avons soutenu, Jean-Luc Mélenchon, réalise 21.8% ( 11 281 voix). C’est un point d’appui et un véritable espoir !
Pour le 2nd tour, la situation est périlleuse. Nous appelons à barrer la route à Mme LE PEN et à son idéologie raciste, xénophobe et anti-ouvrière. Il faut la battre le 7 mai prochain ! Dans le même mouvement, nous combattrons la politique libérale de M. Macron.
Mais face au danger, il n’y a pas à tergiverser !
Pour les législatives, il y a une opportunité à saisir.
Ici, les forces de gauche, toutes tendances confondues, se hissent à 30.6.%. La gauche, si elle se rassemble, sur un contenu anti-austéritaire, écologique et démocratique peut se qualifier au second tour des législatives.
Nous pouvons même créer la surprise en envoyant un député résolument à gauche à l'Assemblée Il y a une forte responsabilité à se rassembler.
Une dispersion des forces de gauche serait une catastrophe pour notre peuple !
Nous appelons à mettre toutes les énergies en commun. Toutes les forces qui ont contribué au résultat de Jean-Luc Mélenchon se doivent de travailler ensemble pour ne pas casser l’espoir qui s’est levé ce 23 avril.
Toutes les forces de gauche et du progrès social, face à l’urgence, se doivent créer les conditions d’une candidature commune dans la 3e circonscription pour éviter la débâcle.
Nous sommes prêt à contribuer à ce débat, en proposant une candidature de rassemblement : Celle d’Antoine SPLET, secrétaire de section, enseignant, 28 ans et Schilikois.
Antoine SPLET, notre proposition de candidature
à côté de Jean-Luc Mélenchon
« Mettons-nous autour de la table maintenant, pour construire une candidature commune de gauche pour les législatives ! Ne perdons plus de temps»

jeudi 9 mars 2017

Médiathèque : les communistes proposent une sortie de crise...

COMMUNIQUE DE PRESSE
SECTION PCF GAUTIER HEUMANN



Marre des friches, vite une vraie médiathèque crédit photos : PCF Section GH

Médiathèque de Schiltigheim : sortons de ce conflit par le haut




Depuis 2001, un spectre hante Schiltigheim : le fantôme de la médiathèque communautaire.
Contrairement au sud et à l’ouest de notre agglomération, cet équipement culturel essentiel n’existe toujours pas au nord de Strasbourg.

Pourtant, en 2014, un projet ambitieux était sur le point de voir le jour sur la friche du Simply Market, route de Bischwiller. Mais sa réalisation avait été reporté en raison de la baisse des dotations de l’État, soit près de 70 millions d’Euros en moins pour l’EMS depuis 2013. En cause ? L’austérité votée à Paris par les amis de Monsieur NISAND (PS, pro-valls) et par ceux de Monsieur KUTNER (UDI),

En 2017, sur le même site, le maire a accordé un permis d’aménager à Vilogia, un promoteur immobilier, dans le cadre d’un projet comprenant des logements et un espace pouvant recevoir un équipement public ( ERP) sans aucune mention explicite d’une médiathèque.

La municipalité propose un projet au rabais, privé des parties « auditorium, espace numérique, cafétéria » initialement prévues. C’est inacceptable en l’état.

En réaction, le 2 mars dernier, les élus « Schilick écologie » ont déposé un recours gracieux devant le maire pour se faire entendre en portant :
- Le problème d’ensoleillement sur le parc de la Résistance en raison de la hauteur des immeubles prévus dans le projet ;
- l’absence de garantie sur l’implantation d’une « médiathèque » dans le projet actuel ;
- la construction de nouveaux immeubles dans notre ville, la plus dense de EMS.

Des remarques que l’on ne peut pas balayer d’un revers de main.

Aujourd’hui, les élus de « Schilik écologie » se posent sérieusement la question du dépôt d’un recours devant le tribunal administratif. Cette procédure retarderait la mise en place de la médiathèque de plusieurs mois.
Communistes, nous voulons que cette médiathèque voit le jour le plus rapidement possible sur la base d’un projet clair et ambitieux pour notre territoire.

Les 100 000 habitants du Nord de Strasbourg ont le droit d’accéder à la culture et à la connaissance dans de bonnes conditions comme c’est le cas ailleurs dans l’Eurométropole.

Avant le recours administratif, il reste encore une autre voie : celle de la médiation sur la base de la remise à plat du projet.

Puisque le dialogue semble rompu à cause du Maire et de ses invectives (voir les DNA du
5 mars) à l’égard du collectif «  Une médiathèque hic et nunc », nous appelons à une médiation sous l’égide de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC).

Nous voulons sortir par le haut de cette situation de blocage en associant tous les acteurs : majorité, opposition, Etat, Eurométropole, associations et citoyens.

Nous appelons également la municipalité à organiser rapidement une grande consultation citoyenne pour entendre ce que veulent les Schilickois, non seulement à propos de la médiathèque mais sur les autres projets concernant les autres friches de la ville.

Un maire et son équipe municipale doivent doit écouter les habitants, rassembler, débattre sur le fond sans diaboliser ses opposants . C’est la conception qui anime les municipalités de gauche à direction communiste.

mardi 7 mars 2017

"J'ai peur"....Tribune d'Edouard Winterhalter



Notre camarade et notre doyen de  section, Edouard "Eddy" Winterhalter, ancien  maquisard et 1er adjoint à Bischheim, nous livre cette tribune que nous partageons vu les temps troublés que nous traversons...


Notre camarade, Edouard Winterhalter

J’AI PEUR
J’ai 92 ans et quelques souvenirs qui en ce moment se font lancinants.
En voulez-vous ? Je les partage !
J’avais 9 ans quand Hitler fut élu par le peuple allemand, je dis bien fut légalement élu, chancelier du Reich.
J’en avais 10 quand les ancêtres français du Front National d’aujourd’hui tentèrent par coup d’Etat de renverser la République Française, et c’est en se levant contre eux que la rue républicaine les en empêcha.
J’en avais 12 quand advint le Front Populaire.
Le débat gauche/droite était chand et partout, en Alsace aussi, les idées fascistes faisaient leur nid. J’ai souvenir de mon père enlevant sans ménagement, de la table du bistrot voisin, où perché il pérorait, le nazillon en chef de Wasselonne.
Pendant ce temps, le gouvernement de Léon Blum assista sans bouger le petit doigt à l’étranglement de la jeune République Espagnole.
En 1938 à Munich, Daladier signait le lâche et catastrophique accord qui autorisait la bête à avaler la Bohême tchèque, en attendant l’Autriche…etc….
Un journal français titrait : « Plutôt Hitler que le Front Populaire »
En 1940, Hitler défilait à Paris.
POURQUOI Je vous raconte tout cela ?
C’est que je voudrais vous empêcher de tomber dans le panneau de Mme Le Pen !
Ne lui confiez pas notre pays et votre liberté !
Ne soyez pas dupes de ses promesses sociales : ce sont de leurres.
Après avoir débauché Guy Moquet et Simone de Beauvoir, elle est prête même à « frontiser » Karl Marx.
Puis elle gouvernerait par la haine et la peur comme font les dictateurs.
Et vous pourrez chanter : « tu l’as voulu, t’en plains pas…. »
J’ai 92 ans et moi j’ai peur de Mme Le Pen.

Edouard Winterhalter

vendredi 13 janvier 2017

Le Dinghof, un patrimoine de notre ville détruit par les promoteurs immobiliers ?


Credit photo : dinghof.org

Une délégation de notre section a rencontré des riverains du DINGHOF à Schiltigheim.
Ces habitants du vieux Schilik se mobilisent pour le maintien du patrimoine historique et pour la réalisation d'un verger communal à visée éducative dans la rue d'Adelshoffen. Une façon originale de mettre en valeur notre cité sans nuire à la qualité de vie des habitants....
Hélas, une fois de plus le maire de droite, Jean-Marie Kutner, propose un projet rabougri de bétonisation en intégrant sur cette parcelle un projet de logements, réduisant à néant l'intérêt d'un tel site.
Une nouvelle bataille à mener contre les projets de celui que certains surnomment déjà : "Le roi du béton" !
Nous reviendrons prochainement sur ce sujet.

mercredi 4 janvier 2017

Friche Fischer la combat continue !


La Section Gautier Heumann ( Schiltigheim-Bischheim et environ) a déposé hier après-midi sa contribution par rapport au projet Fischer dans le cadre de l'enquête publique.


Nous officialiserons notre position dans quelques jours et sortirons un matériel à destination des Schilickois.

Notre combat s'inscrit dans le cadre de l'importante mobilisation des habitants de notre agglomération. A ce propos, la commissaire nous a confié "qu'elle ne comptait plus les contributions des habitants". 

C'est un signe encourageant dans la bataille en cours !


TOUS et TOUTES UNI-ES CONTRE LE PROJET FISCHER !
Ensemble pour un autre projet au service des habitants, et non des promoteurs immobiliers 

Notre contribution déposée avec le "schtampfel" de la commissaire enquêtrice

mercredi 21 décembre 2016

Projet Fischer : une délégation du Parti Communiste Français fait part de sa colère à la commissaire enquêtrice !

Fischer, symbole des brasseries en Alsace, fleuron industriel
liquidé par Heineken en 2009

Antoine SPLET, secrétaire de section,
a fait part de l'opposition du PCF

En 2009, le site Fischer est devenu une friche suite à la fermeture de la brasserie. Depuis plusieurs années, un débat est engagé à Schiltigheim sur la transformation du site.

Depuis 2014, la mairie de droite ( UDI/Républicains) de Jean-Marie Kutner, s'obstine à construire un projet de 700 logements ( 1600 habitants) sur une surface réduite ( 3.5 hectares) avec quelques activités annexes.

Alors que les habitants des quartiers sud de Schiltigheim se mobilisent contre la densification et la bétonisation de leur ville, le PCF ne pouvait pas rester silencieux.

Une délégation du Parti Communiste Français, de la section G.Heumann,a rencontré la commissaire enquêtrice dans le cadre de l'enquête publique permettant d'obtenir le permis d’aménager.

Nous avons fait part de notre opposition à ce projet en soulevant notamment la question de l'emploi et de la place de l'industrie brassicole dans notre ville.

Nous ferons part, après les fêtes, des raisons de notre colère et de notre opposition à ce projet qui ne va pas dans le bon sens.

Des habitants également présents sur les lieux pour
faire part de leur désaccord !